Elle voit les personnes dans le besoin avec des yeux de mère
Pendant ses 40 années de carrière au Croissant-Rouge du Kazakhstan, Lyudmila Grigoriyevna s’est spécialisée en réunification des familles. Elle a passé de nombreuses nuits blanches à se préoccuper du sort des personnes ayant perdu la trace de leurs êtres chers. Ce travail difficile n’est pas sans récompense : le souvenir des familles qu’elle a réunies lui réchauffe l’âme encore aujourd’hui.
Inspiring11 inspirante réactions

Des nombreux cas où elle est intervenue, Shamshura Lyudmila Grigoriyevna se souvient encore clairement de celui d’un garçon vivant dans un orphelinat de la région de Djamboul. Le personnel de l’orphelinat leur avait téléphoné, à elle et ses collègues, pour leur demander s’ils pouvaient l’aider à retrouver le père du garçon. Tout ce que l’on savait, c’était que l’homme habitait en Allemagne. Le Croissant-Rouge a envoyé une demande au pays en espérant que ce serait suffisant. La réponse est arrivée plus vite que prévu sous la forme d’une lettre et d’un certificat de décès. Le père était décédé, mais l’oncle et la tante du garçon souhaitaient le prendre sous leur aile. Une demande de visa a été envoyée à l’ambassade allemande, laquelle semblait peu encline à l’accorder. Heureusement, la demande a été acceptée grâce à l’appui de la Croix-Rouge allemande. Un an après l’appel initial de l’orphelinat, le garçon montait à bord d’un avion à destination de son nouveau foyer. Des années plus tard, cette histoire est revenue à l’esprit de Lyudmila Grigoriyevna lorsque le garçon, devenu un homme, a raconté son expérience à la télévision et a remercié le Croissant-Rouge de lui être venu en aide. Aujourd’hui, cet homme vie en Allemagne.

« Comment ces gens parvenaient-ils à surmonter ces épreuves? Je me le demande encore »

– Shamshura Lyudmila Grigoriyevna, Kazakhstan

Pendant des années, le Croissant-Rouge du Kazakhstan a joué un rôle essentiel dans la réunification des familles déchirées par les guerres en Afghanistan, en Croatie et en Abkhazie. Cette période a profondément touché Lyudmila Grigoriyevna. Pour ces familles déchirées, le seul moyen de communiquer entre les frontières était de passer par les sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Cette femme est l’une des héroïnes qui ont servi d’intermédiaire pour ces familles. « En voyant ces lettres arriver, on ne pouvait que verses des larmes. Comment ces gens parvenaient-ils à surmonter ces épreuves? Je me le demande encore », raconte-t-elle.

Pour Lyudmila Grigoriyevna, il n’y a aucun doute que son expérience de femme a grandement influencé sa perception de son travail. En puisant dans sa nature, elle est parvenue à regarder les gens dans le besoin à travers des yeux de mère, de fille et de sœur. Son instinct maternel l’a empêchée de tomber dans l’indifférence. Même après des années passées à réunir des familles, elle est toujours aussi sensible à la séparation, l’incertitude et le désespoir qu’elles ressentent.

Lyudmila Grigoriyevna a pris sa retraite de la Croix-Rouge en décembre 2018. Durant ses dernières années de service, elle a occupé le poste de coordinatrice du Programme de rétablissement des liens familiaux au service de la coopération internationale. Elle invite les jeunes femmes au sein du Mouvement à venir en aide aux gens inconditionnellement. Son vœu est à la fois simple et sincère : chérir les familles et prendre soin de l’humanité.

Shamshura Lyudmila Grigoriyevna

Kazakhstan, 1979

Votre réaction à cette histoire
Brave
Courageuse
Passionate
Dévouée
Hero
Héros
Inspiring
Inspirante
Vous avez entendu 0 voix sur. Bravo!
Le saviez-vous...

Plus de 75 pays ont établi des quotas législatifs afin de s’assurer que plus de femmes exercent des fonctions dirigeantes.

– O’Brien and Rickne, 2016

Inscrivez-vous à notre newsletter