”Nous devons exiger des changements”
Chaque jour, chaque minute, l’un des quelque 14 millions de bénévoles de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge aide une personne de sa communauté, change une vie, fait évoluer les mentalités, apporte de l’espoir. C’est ça, le véritable pouvoir de l’humanité, et c’est ce qui m’a motivée à me joindre à la Fédération internationale.
Inspiring3 inspirante réactions

Ancienne directrice des politiques, de la stratégie et des connaissances et sous-secrétaire générale intérimaire de la Fédération internationale, Cécile Aptel s’est jointe à l’organisation entre 2018 et 2020 après avoir soutenu le travail de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pendant des années. Elle exprime une grande satisfaction d’avoir contribué à la conception et à l’adoption d’une politique révisée sur le genre et la diversité (disponible ici) et à la Stratégie 2030 de la Fédération internationale (disponible ici), deux instruments qui prônent un leadership diversifié et, plus particulièrement, l’accès des femmes et des jeunes à des postes de direction. « La Stratégie 2030 met aussi l’accent sur l’ampleur des changements climatiques et souligne qu’il s’agit d’un enjeu de première importance pour plusieurs Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de partout dans le monde. Je me considère chanceuse d’avoir pu contribuer aux avancées à ce sujet.

”Les principes d’humanité et d’impartialité mis de l’avant par notre organisation exigent que nous rejetions toute forme de discrimination, en toute circonstance” 

– Cécile Aptel, IFRC

Pour moi, la diversité est un élément clé pour toute organisation humanitaire qui désire offrir un meilleur soutien et de meilleurs services à la population et s’assurer que la souffrance de toute personne dans le besoin est allégée. Je dis souvent que nous devons diversifier non seulement nos activités, mais aussi nos façons de faire et nos façons d’être.

Convaincue que nous devons en faire plus pour favoriser le leadership féminin à la Fédération internationale, Cécile cite les chiffres présentés dans le rapport 2019 Tout le monde compte. « En 2017, 52 % des bénévoles de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge étaient des femmes. Ces dernières formaient également 50 % du personnel des Sociétés nationales et représentaient 45 % des salariés à l’échelle mondiale. Malgré cela, le pourcentage de femmes qui siégeaient au conseil de direction de la Fédération internationale était seulement de 17 % en 2017. C’est nettement inférieur à la moyenne des Sociétés nationales, qui était alors de 31 %. À l’échelle mondiale, seulement 21 % des présidents des Sociétés nationales et 31 % des secrétaires généraux sont des femmes. C’est pourquoi je pense qu’il est absolument nécessaire d’intégrer plus de femmes dans des postes de gestion.

Malheureusement, l’expérience nous a appris que les femmes et les jeunes filles sont souvent plus fortement touchées par des situations de crise ou des catastrophes, et qu’elles sont plus à risque que les hommes de subir de la violence, d’être victimes d’abus, de négligence, de discrimination ou d’être laissées pour compte. Pour rejoindre efficacement les femmes et les jeunes filles, nous devons nous-mêmes miser sur l’inclusion et tenir compte de leur point de vue à chaque étape du processus décisionnel, de la conception d’un programme à son évaluation en passant par sa mise en place. Par conséquent, les femmes doivent être présentes dans toutes les sphères de l’organisation, y compris les plus hautes instances.

Un leadership plus diversifié et équilibré serait plus représentatif des communautés avec lesquelles nous collaborons, et permettrait d’exploiter le plein pouvoir de l’humanité, dans toute sa diversité. Certes, les chiffres que j’ai mentionnés fournissent un cadre de référence, mais les données ventilées par sexe ne sont que l’un des indicateurs de l’égalité des genres; d’autres facteurs doivent être pris en considération si nous souhaitons faire de la Fédération internationale un milieu véritablement inclusif.

”Les obstacles à l’avancement des femmes compétentes, talentueuses et engagées sont à la fois structurels et culturels”

– Cécile Aptel, IFRC

En 2019, la Fédération internationale a annoncé que d’ici 2028, son secrétariat allait être paritaire, et ce, à tous les échelons. Le Secrétariat aide les Sociétés nationales de partout dans le monde à se fixer des objectifs en fonction de la composition actuelle de leurs effectifs, de la croissance prévue et du taux de roulement du personnel.

Étant donné que les femmes sont confrontées à des barrières structurelles et culturelles qui freinent leurs ambitions, tous les membres du personnel doivent unir leurs efforts pour faire tomber ces barrières, y compris – et surtout – les hommes en position d’autorité. Nous devons exiger des changements.

 

Cécile Aptel

IFRC, 2018

Votre réaction à cette histoire
Brave
Courageuse
Passionate
Dévouée
Hero
Héros
Inspiring
Inspirante
Vous avez entendu 0 voix sur. Bravo!
Le saviez-vous...

Les négociations de paix auxquelles participent les femmes ont 35 % plus de chances d’entraîner des résultats positifs.

– Council of Foreign Relations (CFR)

Inscrivez-vous à notre newsletter