Une femme d’une grande persévérance
« J’ai bien peur de ne pas avoir obéi aux ordres cette journée-là. » Le jour où Leslie Bean de Barra a refusé de retourner chez elle, préférant plutôt demeurer sur place pour participer à l’Insurrection de Pâques de 1916, sa décision laissait deviner le caractère de cette femme qui deviendrait un jour directrice du Cumann na mBán (la Ligue des femmes) et présidente de la Croix-Rouge irlandaise. Une femme qui léguerait un héritage impressionnant tant au niveau national qu’international.
Brave4 courageuse réactions

Le parcours de Leslie Bean de Barra (née Price à Dublin en 1893) en est un de rébellion et de leadership. Son union en 1921 avec le général Tom Barry, leader de la colonne indépendante de l’Armée républicaine irlandaise (IRA) du comté de Cork-Ouest, n’en est qu’un exemple. Quoique plus généralement reconnue pour son rôle lors de l’Insurrection de Pâques de 1916 et de la Guerre d’indépendance irlandaise, il ne faudrait surtout pas oublier sa contribution exceptionnelle à la mission de la Croix-Rouge irlandaise.

Le travail de Leslie Bean de Barra avec la Croix-Rouge irlandaise commence dès la création de la Société nationale, en 1939. Gravissant graduellement les échelons de l’organisation, elle finit par en être nommée présidente en août 1950, puis de nouveau en 1953, un poste qu’elle occupera pendant plus de vingt ans.

Refusant de se confiner au stéréotype de la femme irlandaise du milieu du siècle, Leslie Bean de Barra décide de consacrer son temps à défendre des causes qui lui tiennent à cœur pour venir en aide aux personnes vulnérables tout en maintenant une position de leadership et d’autorité.

« Les femmes peuvent être une distraction pour les combattants »

– Leslie Bean de Barra, Irlande

Fait intéressant, Leslie Bean de Barra exprimait parfois des opinions qui pouvaient sembler contradictoires à ses actions. Parlant de son expérience pendant l’insurrection, elle se rappelle que « les femmes, et plus particulièrement les femmes mariées, étaient une distraction pour les combattants ». Cela l’a particulièrement frappée le jour où elle a vu trois jeunes femmes faire irruption sur la rue North King en plein milieu d’une attaque, à la recherche de leur mari. « À ce moment, je me suis dit qu’il valait mieux qu’elles déguerpissent. »

Cette attitude pragmatique a accompagné de Berra dans son parcours jusqu’à la direction de la Croix-Rouge irlandaise. Malgré certains propos critiques à l’endroit de ses consoeurs, il est important de noter que les femmes avaient accès aux mêmes grades que les hommes dans l’Irish Citizen Army. On comprend alors que la réalisation de la mission, à l’abri des distractions, était en tête des priorités.

Leslie Bean de Barra a défendu sans relâche les valeurs de la Croix-Rouge, en insistant particulièrement sur le rôle de la Croix-Rouge irlandaise comme auxiliaire des services médicaux des forces armées pendant les conflits ainsi que sur le maintien de son indépendance, l’un des principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Elle obtient du Ministère de la Défense l’officialisation de ce rôle d’auxiliaire et l’autorisation pour le personnel de la Société nationale de porter l’uniforme de la Croix-Rouge.

Un autre accomplissement remarquable de la Croix-Rouge irlandaise sous la direction de Leslie Bean de Barra est la mise en place de services pour répondre aux besoins des personnes âgées en Irlande. En l’absence de politiques nationales ou de financement en matière d’assistance aux aînés, la Croix-Rouge irlandaise entreprend des démarches auprès du gouvernement pour adopter des mesures d’aide, et pour faire de 1965 « L’année pour nos aînés » afin de souligner les besoins des personnes âgées.

« Les femmes peuvent être une distraction pour les combattants »

– Leslie Bean de Barra, Irlande

Dans les années 1950, l’équipe de la Croix-Rouge irlandaise, toujours sous la présidence de Leslie Bean de Barra, se voit confier la responsabilité d’accueillir des réfugiés en Irlande, ce qui n’était pas une mince tâche compte tenu de la situation économique de l’époque. Son entêtement à venir en aide aux personnes ayant fui leur pays natal pour trouver refuge en Irlande est aujourd’hui une source de fierté pour la Croix-Rouge irlandaise, tout comme son travail acharné pour rallier la société irlandaise à cette cause, qui demeure toujours d’actualité.

En 1978, six ans avant son décès, en avril 1984, Leslie Bean de Barra reçoit la médaille Henry Dunant, qui souligne sa contribution exceptionnelle au Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Aujourd’hui, on commémore la marque qu’elle a laissée dans la société irlandaise avec le trophée Leslie Bean de Barra, qui récompense l’engagement des aidants naturels et des soignants communautaires, un hommage digne d’une femme qui a tant fait pour son prochain.

Leslie Bean de Barra

Irlande, 1939

Votre réaction à cette histoire
Brave
Courageuse
Passionate
Dévouée
Hero
Héros
Inspiring
Inspirante
Vous avez entendu 0 voix sur. Bravo!
Le saviez-vous...

7 jeunes femmes pour 10 jeunes hommes achèvent le deuxième cycle du secondaire dans les pays à faible revenu. Si nous voulons davantage de futures dirigeantes, nous devons combler le fossé entre les sexes dans l'éducation.

– UN Women

Inscrivez-vous à notre newsletter